Laisser faire,
Laisser aller…
Ressentir les énergies créatrices.
Faire vivre son imagination,
Oublier ses conditionnements.
Triturer les concepts…
Créer des œuvres,
Tomber en amour pour l’Art.

A la découverte des œuvres, voilà une galerie qui vous donnera un aperçu des œuvres sorties de l’atelier.
Vous pouvez en découvrir un peu plus sur leur histoire qui a animé leur création.

Comme vous n’êtes pas à l’abri d’un coup de cœur, la boutique est là pour assouvir ce nouveau besoin vital.
Par conséquent les dépenses compulsives sont autorisées et même recommandées sur ce site.

” Le Monde ImagiMer “

C’est essentiel de cultiver son jardin imaginaire, faire vivre une part de nos rêveries plus ou moins enfouies dans notre corps d’adulte. La bonne nouvelle, c’est que l’imagination est gratuite, elle est libre de voguer tout comme votre esprit est libre de naviguer où bon lui semble.

Lire la suite

L’imagination est telle une formule magique qui nous permet de nous évader, de préserver notre chère liberté. Je reste libre tout en étant contrainte de mettre un masque, de rentrer à 20h00, de ne pas embrasser mes amies, de ne pas m’assoir aux terrasses des cafés, de ne pas flâner dans un musée, de ne pas… de ne pas …

Alors, je vais faire un tour en mer, même si je ne possède pas de voilier, j’hisse les voiles à la rencontre des animaux marins non identifiées, je vogue sur les flots à la rencontre des cités perdues, tout comme je peux m’imaginer déguster un bon vin à la table d’un café en compagnie de mes amis. Je vois des poissons courir, des oiseaux nager, je pense aux fêtes à venir pour rattraper les soirées reportées.  J’ai des envies furieuses de poursuivre ma route vers ce qui m’ anime, vers un monde plus doux, pétillant de bonne humeur.

L’oeuvre
” LE GRAND PLONGEON “

C’est le moment où nous faisons des choix, de grands virages, celui où nous décidons de sortir de notre zone de confort.

Le Grand Plongeon c’est oser suivre son intuition, choisir les choses qui nous portent, laisser celles qui nous retiennent. C’est aussi se concentrer sur l’instant présent.

Lire la suite

David Bowie disait : ” C’est le fait de vivre qui m’intéresse, pas le résultat. ”
Il exprimait aussi le fait d’avoir besoin d’être quelque-chose de plus qu’ un être humain…

Les poissons volent, les algues nagent… Il me semble que tout va très bien.
Si je ne reconnais pas les lieux, les gens, les situations, c’est sans doute que j’ai la chance de les découvrir.
Le désordre est dans l’ordre des choses.

L’oeuvre
” VIVA LA VIDA “

Vive la vie, Frida Kahlo l’exprimait très bien, ce tableau m’en est inspiré.

Ce n’est pas son portrait comme vous avez pu le voir, c’est l’incarnation d’une femme forte. Frida est un symbole de résilience, d’audace.

Lire la suite

Elle n’avait pas peur de ses émotions, elle luttait pour ses convictions, elle vivait de tout son être malgré ses douleurs infatigables.

Frida Kahlo, une âme révolutionnaire aimant à dire qu’elle fut née en 1910, date correspondant à la révolution mexicaine, or Frida avait déjà 3 ans. Sa date de naissance officielle est le 6 juillet 1907 à Coyocàn. L’annonce de cette fausse date de naissance reflète bien la personnalité de Frida qui avait une propension à vouloir faire en sorte d’améliorer sa réalité, d’en ajouter des couleurs, d’oublier ses douleurs, d’inventer des mots.

Elle aimait sans doute édulcorer sa vie en s’appropriant des petites fictions, en faisant de la poésie.
« Est-ce que les verbes peuvent s’inventer ? Je veux t’en dire un : Je te ciel, et ainsi mes ailes s’étirent, énormes, pour t’aimer sans limites. »

La polio envahit con corps à ses 6 ans, cela lui laissa des séquelles sur sa jambe droite qui devint boiteuse. Le 15 septembre 1925, elle est rescapée d’un terrible accident, son bus se fait percuter par un tramway. Une vingtaine de fractures et son pied droit disloqué venaient l’handicaper. Elle passa des mois à peindre depuis son lit, un remède à ses douleurs, une échappatoire à sa terrible réalité. Elle dû composer toute sa vie avec les séquelles de cet accident.

La mère de Frida disait de Diego Riviera et Frida que c’était « le mariage d’un éléphant et d’une colombe ». Ils se sont mariés pour la première fois le 21 août 1929, ils ont connu un divorce puis un remariage. Ce couple a vécu une relation harassante, ponctuée de frasques, de surprises en tous genres. Ce qui n’empêchait pas Frida de résumer ses attentes en trois points principaux : « Vivre avec Diego, continuer de peindre, et appartenir au parti communiste. »

Frida était une femme passionnée, entière elle disait : « La seule chose que je sais, c’est que je peins parce que je dois le faire et je peins tout ce qui me passe dans ma tête sans aucune autre considération. » Elle était prête à faire face aux tourbillonnements de la vie, son regard était plutôt fataliste bien qu’emplit d’espoir ; « Rien n’est absolu. Tout change, tout bouge, tout tourne, tout vole et disparait. »

En 1951 Frida ne peut plus se déplacer sans sa chaise roulante, ce qui ne l’empêche pas de réaliser sa première exposition au Mexique en 1953.  Elle assiste au vernissage de son exposition dans son lit qu’elle fait porter puisqu’elle est dans l’incapacité de se mouvoir.

« Viva la vida » est le titre d’une de ses dernières œuvres rendant hommage à la vie, toile réalisée huit jours avant sa mort. Le 13 juillet 1954 fut le jour de sa dernière révérence.
Frida  évoquait « J’espère que la sortie est joyeuse et j’espère, ne jamais revenir.”

Source : livre, Biographic Kalho

L’oeuvre
” L’ARBRE DE VIE “

Il représente l’énergie qui circule en chaque être vivant. L’énergie telle une respiration essentielle à notre survie.

L’enracinement qui permet de traverser les tempêtes, de faire grandir nos projets, de les développer, de réaliser nos aspirations.

Lire la suite...

Il est le gardien de mes rêves, de mes ressources internes.
Il m’accompagne pour puiser les énergies créatives, et il m’aide à capter la lumière lorsque j’ai les yeux fermés…

L’OEUVRE
” LE TEMPS, C’EST TOUTE UNE HISTOIRE. “

Leo Ferré chantait  « Avec le temps va, tout s’en va ». J’ai l’impression qu’avec le temps, va, tout revient, bien qu’il défile insolemment sous notre nez.

Sans filets de secours, le temps défile à toute allure, puis parfois il devient interminable, chaque minute est relative.

Lire la suite ...

Vivre le temps présent, être ici et maintenant, ce n’est pas toujours aisé dans nos vies virevoltantes.
C’est un sentiment bien savoureux que d’y parvenir puisque nous devons souvent le réapprendre, faire des efforts pour ne pas l’oublier, arrêter le flux de pensées de notre cerveau, et respirer !

Le temps c’est aussi les instants précieux du bon vieux temps comme je l’entends souvent lorsque je visite mes grands-parents. Ce temps qui semble s’être arrêté aux souvenirs d’un autre temps devient leur temps présent.

Le temps où l’amour nous apparait et ne quitte plus nos vies, le temps de la confiance en soi, le temps de faire, le temps de savourer les secondes si précieuses, le temps d’oser, le temps de ne plus s’enquiquiner avec des turpitudes qui nous encombrent. Le temps de se libérer des normes sans devenir des fous malotrus.

« Memento mori » Souviens-toi que tu vas mourir, disaient les romains, c’est une histoire de temps…
A quel moment mon temps terrestre fera sa révérence pour laisser place à d’autres festivités ?
En attendant de tirer notre révérence, Cueille le jour « carpe diem », est peut-être le meilleur adage pour profiter du temps qui passe… ?

L’OEUVRE
” QUAND L’ESPRIT DIT VAGUE “

J’ai pu découvrir la pratique du surf grâce à mon frère qui m’a généreusement initié, j’en profite pour le remercier.

La mer a toujours fait partie de mon inspiration, elle m’oxygène l’esprit, m’apporte une forme de liberté et de sensations intenses.

Lire la suite...

L’esprit n’a pas de limites, nos rêves nourrissent notre imagination, nos vies deviennent nos rêves, nos rêves deviennent nos vies.

AU COEUR
DE LA
CREATION

Une P’tite Galerie
pour le plaisir de partager

RETROUVEZ-MOI
SUR LES RESEAUX

favebook

FACEBOOK

bon format

INSTAGRAM

© 2020 Fannie Gadbin. All rights reserved